Diplomatie Humanitaire

Sommet de New York : l’ONU s’engage à protéger les droits des réfugiés et migrants

Réunis en sommet au siège de l’ONU à New York, des dizaines de dirigeants du monde ont adopté une déclaration dans laquelle ils s’engagent à protéger les droits des réfugiés et des migrants, à sauver des vies et à partager la responsabilité du soutien et de l’accueil de ces réfugiés et migrants.

« Le sommet d’aujourd’hui représente une avancée dans nos efforts collectifs pour faire face aux défis liés à la mobilité humaine », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, dans un discours à l’ouverture de ce sommet.

Selon lui, cette Déclaration de New York adoptée par les Etats membres des Nations Unies signifie que « davantage d’enfants peuvent aller à école, davantage de travailleurs peuvent en toute sécurité chercher un emploi à l’étranger, au lieu d’être à la merci de passeurs criminels ».

Le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Peter Thomson, a déclaré pour sa part qu’il allait démarrer des processus destinés à conclure un pacte mondial sur les migrations et un pacte mondial sur les réfugiés. « Je vais exhorter les États membres à maintenir un niveau élevé d’ambition tout au long de ces processus », a-t-il dit. « Le sort des millions de réfugiés et de migrants dépend de nous ».

William Swing, Directeur Général de l’OIM

De son côté, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a souhaité que le sommet ne se réduise pas à des discours de convenance. Il a appelé à défier ceux qui « cherchent à prendre ou garder le pouvoir en se servant des préjugés et des mensonges, au détriment des plus vulnérables ».

Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme

Pour sa part, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a souligné que le Sommet est une occasion extraordinaire d’avoir un impact réel pour les réfugiés.

Filippo Grandi, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés

Soulignant l’importance de la Déclaration de New York, M. Grandi a dit qu’il s’agissait d’un engagement politique sans précédent remplissant « une lacune dans le système de protection internationale des réfugiés ». Il a demandé aux gouvernements de fournir des financements et des actes concrets de solidarité aux pays accueillant des réfugiés.

Les engagements contenus dans la Déclaration sont les suivants :


>Déclaration de Adama Dieng, Conseiller spécial du SG des Nations Unies pour la prévention du génocide

>Déclaration du Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’Etat et Chef de la Délégation du Saint-Siège

>Déclaration de Jan Eliasson le SG adjoint des NU


En adoptant la Déclaration de New York, les États membres se sont aussi engagés à entamer des négociations menant à une conférence internationale et à l’adoption en 2018 d’un pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière, à élaborer des lignes directrices sur le traitement des migrants en situation de vulnérabilité, et à parvenir à un partage plus équitable de la responsabilité de l’accueil des réfugiés dans le monde en adoptant un pacte mondial sur les réfugiés en 2018.

Comme le demande la Déclaration, le Secrétaire général a également lancé une nouvelle campagne intitulée « Ensemble – Respect, sécurité et dignité pour tous » afin de « répondre à l’augmentation de la xénophobie et transformer la peur en espoir ». Il a exhorté « les dirigeants du monde à se joindre à cette campagne et à s’engager ensemble à faire respecter les droits et la dignité de toute personne forcée par les circonstances à fuir son domicile à la recherche d’une vie meilleure ».

Lors du Sommet, l’ONU et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont également signé la nouvelle convention par laquelle l’OIM devient une organisation apparentée des Nations Unies, renforçant ainsi l’approche globale en matière de migrations.

Lire la déclaration commune

Accéder aux déclarations des autres intervenants

Exit mobile version