Dimanche 17 Décembre 2017
 

A la Une

Responsabilité de protéger : pour António Guterres, « il est temps d’aller au-delà du débat conceptuel »

Article paru sur le site des Nations Unies le 06/09/2017 

Alors que les crimes contre l’humanité, de guerre, de génocide, et de nettoyage ethnique sont loin de faiblir dans de nombreuses parties du monde, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé à la prise de mesures concrètes pour protéger les personnes vulnérables face aux crimes d’atrocités.

« Nous sommes tous conscients de la sombre réalité humaine derrière les mots ‘crimes de guerre’, ‘crimes contre l’humanité’, ‘nettoyage ethnique’ et ‘génocide’ », a déclaré mercredi le Secrétaire général lors d’un débat consacré à la responsabilité de protéger.

« Nous devons faire plus, et nous devons faire mieux, pour renverser ces tendances négatives », a dit M. Guterres qui a proposé dans un rapport des mesures concrètes pour lutter contre ces crimes. « Il est temps d’aller au-delà du débat conceptuel pour améliorer la protection des personnes contre les crimes d’atrocité », a-t-il souligné.

Dans son rapport, le Secrétaire général estime que l’ONU doit accorder une attention beaucoup plus grande à la résolution des problèmes avant qu’ils ne prennent des proportions plus grandes et deviennent hors de contrôle. Le rapport du chef de l’ONU comprend plusieurs propositions de mesures qui selon lui peuvent être prises dans un temps relativement court, « sans exigences opérationnelles ou institutionnelles majeures ».

Le Secrétaire général a également exhorté le Conseil des droits de l’homme et le Conseil de sécurité à renforcer leur capacité à prévenir les risques de crimes et d’autres violations de la responsabilité de protéger.

« La responsabilité de protéger génère toujours de l’inconfort pour un certain nombre d’États », a reconnu M. Guterres, notant que la principale préoccupation des Etats membres repose sur la crainte que ce principe sera utilisé pour imposer des approches internationales à des problèmes nationaux, de manière à nuire à la souveraineté nationale. A cet égard, le Secrétaire général a rappelé que la réussite des Nations Unies dans la mise en œuvre de ses mandats dépend de la capacité des acteurs nationaux à pouvoir s’acquitter de leurs responsabilités souveraines.

« Notre défi commun est d’utiliser le principe de la responsabilité de protéger pour atteindre les objectifs initialement prévus », a-t-il dit. « Je suis convaincu que la discussion ouverte et constructive entre les États concernés peut surmonter les différences qui subsistent ».

M. Guterres a rappelé que le document final adopté à l’unanimité lors du Sommet mondial de 2005 a renforcé la responsabilité principale des États de protéger leurs populations contre les crimes d’atrocités. Il a également rappelé que ce document souligne la nécessité d’aider les États qui ne possèdent pas la capacité nécessaire de prévenir de tels crimes sur leur territoire.

« Mais si les autorités nationales échouent manifestement à protéger leurs populations contre le génocide, les crimes de guerre, le nettoyage ethnique et les crimes contre l’humanité, nous devons être prêts à prendre des mesures collectives, conformément à la Charte, y compris le chapitre VII, au cas par cas », a prévenu le chef de l’ONU.


Télécharger le rapport


 


Sur le même sujet

«Ne pas occulter la dimension religieuse de l’attentat de Berlin»

28/12/2016. Stéphane Ratti, professeur d’histoire de l’Antiquité tardive s’interroge sur le déni du facteur religieux dans notre société postmoderne.

Diplomatie : comment rompre avec ses alliés ?

03/05/2017. Jusqu’où peut-on mener une politique de rupture diplomatique ? Change-t-on d’alliance comme de chemise ?

La France se dote d’un ambassadeur des migrations

06/09/2017. Pascal Teixeira da Silva sera notamment chargé de travailler en amont avec les pays d’origine et de transit des migrants.