Mardi 16 Octobre 2018
 

A la Une

Renforcer la résilience des plus vulnérables face aux risques climatiques et aux catastrophes

Les catastrophes naturelles peuvent avoir des effets dévastateurs et continuent de toucher surtout les plus pauvres et les plus vulnérables.

Gérée par la Banque mondiale, la GFDRR (Facilité mondiale pour la prévention des catastrophes et le relèvement) est un partenariat mondial financé par 22 donateurs. Elle a pour mission d’aider les pays en développement à mieux comprendre et à atténuer leur vulnérabilité aux catastrophes naturelles et à s’adapter au changement climatique.

Par ses activités d’assistance technique, de renforcement des capacités et de partage du savoir, l’organisme aide les pays vulnérables à atténuer les risques de catastrophe et climatiques et à améliorer leur résilience.

Sur l’exercice 2015, la GFDRR a apporté près de 80 millions de dollars sous forme de dons, destinés à plus de 89 pays. Les pays vulnérables ont ainsi pu obtenir un important volume de fonds supplémentaires pour accroître leur résilience.

« 2015 a été une très grande année pour la communauté du développement. Tandis que nous nous efforcerons d’aider les pays à concrétiser le Cadre de Sendai, l’Accord de Paris et d’autres ententes de ce type, les activités de la GFDRR joueront un rôle crucial dans l’amélioration de la résilience. » a déclaré Francis Ghesquiere, directeur du Secrétariat du GFDRR.

Lire l’article sur le site de la Banque Mondiale


Sur le même sujet

Changement climatique et migration de masse : une menace grandissante pour la sécurité mondiale

19/01/2017. Le nombre de personnes déplacées par le changement climatique dépend en grande partie des efforts mis en œuvre aujourd’hui pour atténuer les effets à venir.

Le développement durable pour gérer le risque des catastrophes

16/03/2015. Les coûts imposés par les catastrophes représentent, pour certains pays, 50 à 300% des dépenses sociales nationales.

Partenariats humanitaires : la réalité entre pratique et théorie

Janvier 2015. Plus d’un an après le passage dévastateur du typhon Haiyan sur une partie des Philippines, cet article met en lumière les progrès et les lacunes dans la gestion de l’urgence humanitaire après la catastrophe.