Vendredi 14 Décembre 2018
 

A la Une

La prévention des conflits est de la responsabilité première des Etats, rappelle le Conseil de sécurité

Article paru sur le site des Nations Unies le 18/01/2018

Si la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationales incombe au Conseil de sécurité, ses membres ont rappelé jeudi que la prévention des conflits demeure une responsabilité première des États.

Dans une déclaration commune, les membres du Conseil ont rappelé que les Etats ont également pour responsabilité principale de protéger les civils et de respecter et garantir les droits de l’homme de toutes les personnes qui se trouvent sur leur territoire et relèvent de leur juridiction, comme le prescrit le droit international applicable. Les membres du Conseil ont également réaffirmé la responsabilité de chaque État de protéger sa population contre le génocide, les crimes de guerre, le nettoyage ethnique et les crimes contre l’humanité.

Le Conseil de sécurité a également rappelé que toute stratégie globale de prévention des conflits devrait notamment comprendre des mesures d’alerte rapide, de déploiement préventif, de médiation, de maintien de la paix et de lutte contre la prolifération et des mesures visant à amener les auteurs de violations à répondre de leurs actes ainsi que des mesures de consolidation de la paix au lendemain des conflits, et reconnaît que ces éléments sont interdépendants, complémentaires et non séquentiels.

Le Conseil a par ailleurs réaffirmé qu’il revient en premier lieu aux autorités et aux gouvernements nationaux de recenser, déterminer et cibler les priorités, les stratégies et les activités axées sur la consolidation et la pérennisation de la paix.

Les membres du Conseil ont souligné que la pérennisation de la paix est une tâche et une responsabilité partagée que doivent assumer les gouvernements et toutes les autres parties prenantes nationales. A cet égard, le Conseil a fait valoir que l’inclusivité est essentielle pour faire avancer les processus nationaux et servir les objectifs de consolidation de la paix des pays afin de faire en sorte que les besoins de tous les groupes de la société soient pris en compte, et insiste sur le fait que la société civile peut jouer un rôle important dans la promotion des efforts de pérennisation de la paix.

Le Conseil a également insisté sur la nécessité de mobiliser les acteurs régionaux et de collaborer avec eux en ce qui concerne les questions de politique et la situation propre aux différents pays dans le cadre des conseils donnés par la Commission de consolidation de la paix, et reconnu le rôle majeur de celle-ci et des bureaux intégrés des Nations Unies pour la consolidation de la paix, entre autres, pour ce qui est d’appuyer les efforts nationaux visant à consolider et pérenniser la paix, ainsi que de faire face aux menaces transfrontières dans la limite des mandats existants.

Le Conseil de sécurité a réitéré que la coopération de l’ONU avec les organisations régionales et sous-régionales contribue à la prévention du déclenchement, de l’intensification, de la poursuite et de la récurrence des conflits, dans l’esprit du Chapitre VIII de la Charte des Nations Unies.


Sur le même sujet

Saint-Siège : « Que la Syrie sorte de ce gouffre d’horreurs »

30/03/2017. Six ans après le début du conflit, le nonce apostolique à Damas, le cardinal Mario Zenari, confie ses espoirs.

Les architectes du premier secours

06/02/2018. L’ONG française vient au secours des populations touchées par des catastrophes naturelles ou des conflits armés.

L’Ordre de Malte et la Croix-Rouge unis par un même “fil rouge” : aider ceux qui souffrent

22/09/2018. “Nous sommes liés par un ‘fil rouge’ : nous agissons avec les mêmes buts, sur la base du principe de neutralité et animés par l’objectif d’aider les personnes qui souffrent, sans aucune discrimination”, a déclaré le Grand Maître.