Mardi 24 Avril 2018
 

A la Une

Quels sont les pays les plus vulnérables au changement climatique ?

Les pays les plus vulnérables au changement climatique sont également les plus pauvres, et les moins à même de faire face.

Comment résoudre ce paradoxe et aider ces pays à s’adapter à un monde en réchauffement ? C’est l’épineux problème auquel se heurte le financement climatique.

La bonne nouvelle, c’est qu’il est aujourd’hui bien plus facile d’identifier les pays les plus démunis – étape nº1 – grâce au classement mondial mis au point par l’université Notre-Dame.

L’indice ND-GAIN (pour Notre Dame Global Adaptation Index, ou Indice mondial d’adaptation Notre-Dame) mesure la vulnérabilité d’un pays en fonction de sa capacité à faire face au changement climatique.

Il calcule son exposition au stress climatique (par exemple, sa dépendance vis-à-vis de l’agriculture), sa vulnérabilité aux chocs climatiques et sa capacité d’adaptation. Il en évalue ensuite le degré de préparation – qu’il définit comme la volonté d’exploiter ses ressources économiques, sociales et de gouvernance pour réduire les risques associés au climat.

Selon cet indice, les cinq pays les moins performants au monde sont l’Érythrée, le Tchad, la République centrafricaine, le Soudan et la République démocratique du Congo. À l’inverse, les plus performants – et ce n’est pas vraiment une surprise – sont la Nouvelle-Zélande, la Norvège, le Danemark, le Royaume-Uni et l’Allemagne, dans cet ordre.

Succès de la conférence de Paris

L’un des grands succès de la Conférence sur le climat qui s’est tenue à Paris en décembre a été d’acter qu’il ne suffit pas de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il est désormais admis que l’adaptation (ou comment vivre dans un monde en réchauffement) est cruciale, et que les pays les plus démunis auront besoin d’aide pour y parvenir.

La Conférence de Paris a confirmé son objectif de collecter 100 milliards de dollars par an d’ici 2020, auprès de sources publiques et privées. Le Fonds vert pour le climat pourrait également changer la donne : il consacrera 50 pour cent de l’ensemble de ses financements à l’adaptation, un poste jusqu’alors éclipsé par les projets d’atténuation de type énergie renouvelable.

« La Conférence de Paris a été formidable, mais l’important à présent sont ses répercussions sur le terrain », a dit Koko Warner de l’Institut pour l’environnement et la sécurité humaine de l’université des Nations Unies (UNU-EHS). « C’est dans ces pays extrêmement vulnérables que l’on jugera véritablement de son succès. »

L’argent ne suffira pas à instaurer la sécurité climatique.

« La question de l’accès aux financements est complexe, car elle touche à plusieurs problèmes – notamment la capacité technique à développer des propositions susceptibles d’être financées, faire face aux écarts de connaissances et de capacité, et offrir l’accès aux ressources nécessaires pour procéder aux études de faisabilité », a dit Barbara Buchner de la Climate Policy Initiative dans un e-mail de réponse à nos questions.

« Nous devons trouver un moyen d’accroître la capacité d’absorption des pays qui ont le plus besoin de financements, et harmoniser les normes en matière d’investissement, de transparence et de gouvernance », a souligné Mme Warner. « Il nous faut être plus nuancés dans la manière d’octroyer les financements, de manière à aider efficacement les pauvres et remédier aux problèmes de l’impact climatique et des moyens de subsistance »

Ça doit être fait rapidement, car le coût véritable du changement climatique se chiffrera vraisemblablement davantage en billions qu’en milliards de dollars – surtout si l’on ne s’en tient pas à la barre des deux degrés de réchauffement climatique convenue à Paris.

« Nous savons que les ressources publiques sont insuffisantes dans tous les pays, et que 100 milliards de dollars ne suffiront pas à couvrir les besoins sur le terrain », a dit Mme Buchner. « Dès lors, il est crucial que ces 100 milliards de dollars soient dépensés judicieusement. Si nous y parvenons, les investissements privés afflueront. »

Lire l’article complet sur le site de l’IRIN


Sur le même sujet

Entretien avec le Coordonnateur principal pour la lutte contre le choléra en Haïti, Pedro Medrano Rojas

04/03/2015. L’ONU travaille avec le gouvernement haïtien sur le terrain pour lutter contre la maladie, notamment en aidant à renforcer les infrastructures en eau et d’assainissement des eaux usées

PIB et pénuries d’eau : la banque mondiale tire la sonnette d’alarme

03/05/2016. La raréfaction de l’eau pourrait amener certaines régions à accuser un recul du PIB, provoquer des migrations et déclencher des conflits.

Payer maintenant pour protéger un milliard de personnes des inondations côtières

16/05/2016. Les 20 villes les plus exposées au risque d’inondation côtière