Jeudi 26 Avril 2018
 

A la Une

Msf lance une application pour secourir les plus vulnérables

Médecins Sans Frontières a dévoilé la première application de téléphone mobile avec laquelle les utilisateurs pourront localiser les communautés de régions éloignées touchées par des catastrophes naturelles, épidémies ou conflits.

MSF estime que  des centaines de millions de personnes issues des communautés les plus vulnérables du monde ne sont pas identifiées sur les cartes. Il est donc impossible pour les travailleurs humanitaires de savoir exactement où et combien de personnes vivent dans ces régions du monde.

Cela rend difficile de planifier des campagnes de vaccination de masse, de comprendre comment les maladies se propagent ainsi que livrer d’autres activités de sauvetage.

Avec l’expérience en tant que médecin de MSF en Afrique, je sais combien il est difficile d’avoir une carte et mettre en œuvre un sauvetage sans avoir la meilleure information possible à portée de main explique le Dr Kiran Jobanputra

MapSwipe

‘MapSwipe’, développé en collaboration avec le Missing Maps project, permet aux utilisateurs de choisir une partie du monde sujette aux crises en faisant le repérage des villages menacés par exemple par une épidémie de choléra en République démocratique du Congo. Ils doivent ensuite renseigner les images satellite de la région.

Cette information est renvoyée à cartographes qui ont besoin de ces informations pour construire des cartes détaillées et utiles. À l’heure actuelle, ils doivent passer des jours à faire défiler des milliers d’images de forêts inhabitées ou garrigues à la recherche de communautés qui ont besoin de la cartographie. Dorénavant le public pourra contribuer directement aux activités médicales de MSF en désignant les gens dans le besoin de sorte que les professionnels sur le terrain pourront intervenir plus rapidement.

Lire l’article en anglais sur le site de MSF


Sur le même sujet

Le casse-tête du déficit de financement du secteur humanitaire

09/12/2016. Les Nations Unies viennent d’annoncer qu’il faudrait 22,2 milliards de dollars pour répondre aux besoins des quelques 92,8 millions de personnes affectées par les conflits et les catastrophes naturelles en 2017.

Que reste-t-il de la puissance française?

30/04/2017. Alors que le gaullisme martelait, en son temps, la spécificité de la grande puissance, les praticiens assument désormais et sans états d’âme que la France est une puissance moyenne.

En Méditerranée, les canots de la mort

11/12/2016. Les embarcations qui emportent les migrants de la Libye vers l’Europe sont toujours moins solides. Un effet dramatique de la guerre menée contre le modèle économique des passeurs