Mardi 22 Août 2017
 

A la Une

L’Europe face aux migrants : « le système disjoncte », selon Hubert Védrine

L’ancien ministre des Affaires étrangères a estimé sur Europe 1 que l’UE se retrouvait confrontée à un problème, avec la crise des migrants, qu’elle aurait pu anticiper de longue date.

Moins d’un mois après l’accord passé entre l’UE et Ankara, prévoyant notamment de renvoyer en Turquie les migrants déboutés du droit d’asile, l’Allemagne est arrivée vendredi à un accord gouvernemental pour une future loi d’intégration des réfugiés.

Une initiative saluée par Hubert Védrine : « Je suis très favorablement impressionné par l’accord auquel sont parvenus la SPD et la CDU en Allemagne », a déclaré l’ancien ministre des Affaires étrangères de Jacques Chirac et qui publie Le monde au défi.

« Le système disjoncte »

Invité mercredi du Club de la Presse sur Europe 1, le diplomate a estimé que l’Europe se retrouvait actuellement confrontée à un problème, avec la crise des migrants, qu’elle aurait dû anticiper il y a plusieurs années. « On est obligé de faire dans la panique et l’improvisation, et avec des difficultés épouvantables, ce qui auraient dû être fait il y a quinze ou vingt ans, si on avait pas élargi systématiquement Schengen de façon idéaliste, et sans se préoccuper d’un contrôle sérieux aux frontières extérieures. » Pour lui, « le système disjoncte », car « il n’a pas été pensé pour ça ».

Un juste milieu

En outre, Hubert Védrine rappelle qu’en ce qui concerne l’accueil des migrants, la question humanitaire est parasitée par les enjeux économiques. « On ne va pas tout fermer, c’est impossible techniquement, absurde économiquement et infiniment cruel sur le plan humain. On ne va pas tout ouvrir non plus, car si l’Europe est un moulin où tout le monde peut venir je vous assure qu’il y aura bien pire que le populisme […] ce sont les milices. Vous verrez les gens s’organiser dans certains pays pour empêcher les entrées », a-t-il averti. Pour celui qui fut également secrétaire de la Présidence sous François Mitterrand, « la réponse ne peut pas être univoque, on ne va pas dire ‘on va fermer’ ou ‘on va ouvrir’ ».

Mettre en place des quotas

Concernant l’immigration économique, destinée à durer, Hubert Védrine se montre favorable à la mise en place de quotas. « La question syrienne finira d’une façon ou d’une autre par s’apaiser. Ce qu’il faudra gérer ce sont les migrants économiques, qu’à mon avis il faudra gérer avec les pays de départ et de transit, sur la base de quotas économiques par métier », propose-t-il.

Interview proposé par le site de Europe 1


Sur le même sujet

Bienvenue au Refugistan

24/06/2016. Pourquoi et de quelle manière les camps de réfugiés, conçus à l’origine pour être provisoires, perdurent-ils pour certains depuis des décennies ? Le décryptage de la chaîne ARTE.

Le système humanitaire est-il divisé en castes ?

30/09/2015. De tous les réfugiés, les Syriens sont devenus les chouchous. L’impression qu’ils reçoivent un traitement préférentiel entache les principes humanitaires.

Le nouveau chef des Nations Unies s’attaque à la prévention des conflits

29/03/2017. « Nous consacrons beaucoup trop de temps et de ressources à réagir aux crises plutôt qu’à les prévenir »