Vendredi 25 Mai 2018
 

A la Une

Joseph Yacoub : «Quelle identité pour la Syrie de demain ?»

Article paru sur le site du journal Le Figaro le 19/04/2018 par Joseph Yacoub

L’historien des minorités chrétiennes en Orient rappelle que la Syrie est un pays aux identités anciennes et multiples, dont seule une compréhension aigüe pourra permettre une transition politique durable.

Dans son entretien télévisé le 15 avril, parlant de la Syrie, le chef de l’État a évoqué la nécessité d’une solution politique afin de permettre une transition à ce pays ravagé par le désordre et le chaos depuis 2011.

Il est vrai que plusieurs tentatives sous forme de rencontres ont eu lieu ces derniers temps, sous l’égide soit de la Russie (Astana, Sotchi), soit des Nations-Unies (Genève), pour préparer la future Constitution de la Syrie, dans le cadre de débats sur la transition, mais aucune n’a abouti, tant les divergences sont profondes et les rapports de force constamment mouvants. Remarquons que du côté des autorités comme de l’opposition, le discours nationaliste n’a pas fondamentalement changé, prisonnier qu’il est de schémas rétrogrades et d’idées anachroniques.

Vu son passé en Syrie, nous espérons que la France saura faire preuve, le moment venu, d’initiative diplomatique pour relancer le processus politique, afin d’éviter à ce pays les erreurs commises par le passé.

Mais c’est quoi la Syrie?

Ce pays suscite de nombreuses interrogations de type tant national que culturel et religieux.

Il est important de rappeler que c’est un des berceaux majeurs de la civilisation, du christianisme, de la culture araméo-syriaque et du monde arabo-musulman. Multiple par sa diversité, des couches de civilisation l’enveloppent de toutes parts. Complémentaire dans tous ses affluents, les peuples y cohabitent depuis des lustres et aucune religion ne l’a marqué à elle seule.

Mais dans leur volonté d’arabisation à outrance, les différents gouvernements syriens, toutes tendances confondues, se sont montrés, par choix idéologique et pour plaire à la majorité, incapables de définir la Syrie. Ils auraient constaté que ce pays est producteur d’une civilisation qui a absorbé dans son creuset ses différents conquérants, lesquels ont laissé des traces très visibles qui rappellent tantôt les Phéniciens et les Araméens, tantôt les Grecs, les Romains et les Byzantins, pour ne citer que ceux-là. D’ailleurs, le paysage, la géographie et la toponymie sont là pour en attester. Le pays n’est pas plus musulman que chrétien, ni plus arabe qu’araméen. C’est un tout.

Or le fait d’avoir mélangé confusément Syrien et Arabe, sans définition objective préalable, a brouillé le sentiment d’appartenance et a fini par séparer les communautés et engendré de la méfiance. Cette obsession de prioriser une partie de l’histoire, celle qui commence au VIIe siècle de notre ère, a généré chaque fois des communautés marginalisées qui se sont senties exclues. D’où leur révolte de temps à autre.

Déjà, le patriarche syriaque catholique, Mgr Ephrem II Rahmani (1848-1929), venu à Paris en 1919 au moment de la naissance de l’État syrien exposer les revendications de ses compatriotes, défendait l’identité syrienne qui diffère, disait-il, de celle de l’Arabie et rejetait par conséquent un gouvernement arabe chérifien sur la Syrie, arguant que «le Hedjaz n’a rien à voir avec la Syrie» (déclaration au quotidien Le Gaulois, le 16 août 1919).

Aussi est-il important de traiter les différentes composantes de la population comme des éléments intrinsèques du corps national, sans distinction. Cela implique d’aborder l’histoire d’une manière neutre et non parcellaire, sans passion et sans préjugés, loin des intérêts politiques et des idées préconçues, et en laissant les historiens travailler librement.

Comment donc agir?

Sur le plan identitaire, quelle que soit la forme que prendra l’État syrien de demain, il convient de modifier la Constitution qui souffre d’un excès de nationalisme arabe, et d’y incorporer la civilisation syrienne dans son ensemble. A cela doit s’ajouter la reconnaissance de la langue araméo-syriaque qui doit être considérée comme langue nationale et officielle, aux côtés de la langue arabe.

Cela doit s’accompagner d’une révision des programmes de l’enseignement de l’histoire et des religions, en y insérant le christianisme oriental qui, faut-il le répéter, est le produit de cette terre.

Mais toutes ces réformes demandent un travail sur les mentalités, sur le poids des traditions et les représentations collectives, dont ce pays est privé, qui consiste à interroger l’imaginaire dominant afin de le libérer de ce qui l’entrave. Dès lors, on constatera que les perceptions s’opposent et les représentations mentales se heurtent, d‘où la nécessité de créer des centres de recherche appropriés.

Mais comment l’entreprendre sans renouveler le discours politique qui souffre d’un excès de centralisme, pour y introduire une large décentralisation et la notion d’autonomie. Cette question revêt d’autant plus d’importance qu’elle se trouve posée d’une manière brûlante avec les revendications des Kurdes au nord-est de la Syrie.

Tout cela requiert une vision à long terme et une quête d’authenticité, qui définirait, enfin, la personnalité de base de ce pays.

Joseph Yacoub est Professeur honoraire de sciences politiques à l’Université catholique de Lyon, premier titulaire de la chaire UNESCO «Mémoire, cultures et interculturalité». Spécialiste des minorités dans le monde et des chrétiens d’Orient, il a publié Une diversité menacée. Les Chrétiens d’Orient face au nationalisme arabe et à l’islamisme, (Salvator, janvier 2018).


Sur le même sujet

Au Liban, l’Ordre de Malte soigne tous les malades sans distinction

26/02/2018. En soulageant Syriens et Libanais sans distinction de confession, l’Ordre de Malte défend une action humanitaire teintée d’œcuménisme dans un pays qui accueille plus de 1 million de réfugiés.

Que font les diplomates ?

17/02/2017. Les réponses de Pierre Morel, Ambassadeur, directeur de l’observatoire Pharos, Christian Lequesne, Professeur à Sciences Po, et Maurice Vaïsse, Professeur d’histoire des relations internationales.

Soudan du Sud : Comment l’avidité, la corruption et l’impunité ont créé des milliers de réfugiés et la famine

10/10/2016. Les attaques sauvages contre des civils ont provoqué des mouvements de population sans précédent.