Jeudi 22 Février 2018
 

A la Une

Le « Global Risks Report 2016 » est publié

Le « Global Risks Report 2016 » présente les éclairages de près de 750 experts sur l’impact et la probabilité de 29 risques majeurs sur une période de 10 ans. Les risques sont divisés en cinq catégories :

  • Economiques,
  • Environnementaux,
  • Géopolitiques,
  • Sociétaux,
  • Technologiques.

Le rapport examine également les interconnexions entre les risques, et à travers cette analyse explore trois zones où les risques mondiaux ont le plus grand potentiel d’impact sur la société. Ce sont le concept des « inhabilitée citoyenne», l’impact du changement climatique sur la sécurité alimentaire, et le potentiel de pandémies à menacer la cohésion sociale.

Le rapport pose également un regard en profondeur sur la façon dont le paysage de la sécurité mondiale pourrait évoluer à l’avenir et partage ces résultats pour examiner les tendances actuelles et la conduite possible à mener pour l’avenir de la sécurité internationale.

La publication du rapport a donné lieu à une conférence 

Intervenants :

  • Adrian Monck : directeur de la participation publique et des fondations, Forum économique mondial
  • Margareta Drzeniek Hanouz, directrice de la compétitivité et les risques mondiaux, Forum économique mondial
  • John Drzik, président, Risque mondial et Spécialités, Marsh
  • Espen Barth Eide, directeur des affaires géopolitiques, Forum économique mondial
  • Cecilia Reyes, Directrice de la gestion des risques, Zurich Insurance Group

Télécharger le rapport


Sur le même sujet

Le problème des convois humanitaires

03/10/2016. Ces convois sont-ils un symptôme surfait d’un système humanitaire politisé qui n’a pas su sauver le peuple syrien ?

Le silence assourdissant du droit humanitaire

19/05/2017. Dans les conflits contemporains les civils sont les victimes « collatérales » que l’Occident justifie sur l’autel de la guerre contre le terrorisme.

Grèce : pris au piège

25/01/2018. Une équipe du magazine « Avenue de l’Europe » a pu se rendre dans le camp de Moria, interdit aux journalistes, et y tourner ce reportage en caméra cachée.