Mardi 22 Mai 2018
 

A la Une

Géolocalisation : Facebook va fournir ses données à des organisations humanitaires

Article paru sur le site du Journal La Tribune le 14/06/2017 par Anaïs Cherif 

Pour faire parvenir l’aide d’urgence plus rapidement, le réseau social américain va fournir des données anonymisées de géolocalisation à des organisations humanitaires comme la Croix Rouge.

« Déterminer où les ressources – nourriture, eau et médicaments – sont nécessaires. » C’est ainsi que Facebook présente dans une note de blog publiée la semaine dernière son partenariat avec des organismes humanitaires. Le réseau social américain va récolter des données de géolocalisation grâce à sa fonction safety check, lancée en 2014.

Celle-ci permet aux utilisateurs de se déclarer en sécurité auprès de ses contacts sur la plateforme lors de catastrophes naturelles ou d’attentats. Ainsi, dans les 24 heures suivant les attentats du Bataclan, en novembre 2015, plus de 4,1 millions d’utilisateurs ont utilisé cette fonction, avait alors déclaré Facebook.

« Les organismes humanitaires ont besoin d’une vue d’ensemble » des zones affectées par des catastrophes naturelles, estime auprès du Washington Post Molly Jackman, chargée des politiques publiques chez Facebook. « Nous pensons que Facebook peut aider à dresser un tableau plus complet afin que les organisations sachent où les ressources sont les plus nécessaires. » Le géant américain va produire des « cartes de densité » permettant de voir où se trouvent les personnes qui se déclarent en sécurité mais aussi de détecter les mouvements de population.

Ces cartes intégreront les données des personnes utilisant Facebook sur smartphone et ayant autorisé l’application à connaître leur localisation. L’entreprise de Mark Zuckerberg s’engage à fournir uniquement des données anonymisées.

Une fonction réservée aux catastrophes naturelles

Facebook teste actuellement ces cartes avec l’UNICEF, la Croix Rouge et le Programme alimentaire mondial. Le réseau social espère ensuite étendre ses partenariats, notamment avec des Etats. Pour le moment, cette fonction permettra uniquement d’être utilisée en cas de catastrophes naturelles – excluant ainsi les attentats ou les fusillades.

Cette nouvelle initiative va dans le sens du « Community help », une fonction lancée en février dernier. Cet outil permet de proposer ou de demander de l’aide en cas de catastrophes naturelles ou de « crises accidentelles », comme l’effondrement d’un immeuble. Il permet de mettre en relation les utilisateurs de Facebook, via un forum dédié sur le réseau social, pour trouver de la nourriture, de l’eau potable, un abri ou encore un moyen de transport.


Sur le même sujet

L’avenir de l’aide humanitaire : les ONGI en 2030

01/10/2017. Ce rapport a pour objectif d’explorer les moteurs du changement dans l’environnement mondial dans lequel fonctionne l’écosystème humanitaire

L’action humanitaire est-elle sous le règne des influenceurs ?

29/01/2018. La Love Army, ou comment un influenceur a challengé les professionnels de l’humanitaire.

A Astana, l’opposition syrienne en appelle à la Russie pour faire respecter le cessez-le-feu

24/01/2017. La Russie, la Turquie et l’Iran, qui interviennent en Syrie, se sont engagés à user de « leur influence » pour consolider la trêve.