Lundi 21 Janvier 2019
 

A la Une

Entretien avec le Coordonnateur principal pour la lutte contre le choléra en Haïti, Pedro Medrano Rojas

04/03/2015. En dépit d’importantes contraintes budgétaires et structurelles, les efforts concertés entrepris par Haïti et ses partenaires ont contribué à réduire considérablement le nombre de cas de choléra signalés dans le pays – de plus de 350.000 cas au fort de la crise en 2011 à environ 28.000 cas en 2014.

L’ONU travaille avec le gouvernement haïtien et ses partenaires sur le terrain pour lutter contre la maladie, notamment en aidant à renforcer les infrastructures en eau et d’assainissement des eaux usées, ainsi que le système de santé. En décembre 2012, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a lancé une initiative visant à débarrasser Haïti et la République dominicaine du choléra, en se focalisant sur la prévention, le traitement et l’éducation. Cette initiative soutient une campagne déjà existante – connue sous le nom de l’« Initiative pour l’élimination du choléra dans l’île d’Hispaniola » – lancée par les Présidents des deux pays.

« Et je pense que nous sommes confrontés aujourd’hui, je le répète, à cette impression qu’en raison des progrès qui ont été accomplis, il n’y pas plus de situation d’urgence … et il y a aussi les autres crises dans le monde. Le fait que cela ne soit pas un sujet important dans les grands médias, cela n’est pas perçu comme une urgence. Je pense que c’est le but de notre travail. C’est la raison pour laquelle je m’adresse aux partenaires, aux États membres, leur demandant de ne pas oublier Haïti. Sinon, nous continuerons d’avoir un nombre croissant de personnes touchées et de décès, qui peuvent être évités ».

Lire l’entretien sur le site du Centre d’actualités de l’ONU


Sur le même sujet

Quels sont les pays les plus vulnérables au changement climatique ?

29/03/2016. Comment résoudre aider ces pays à s’adapter à un monde en réchauffement ?

La géopolitique des défis environnementaux

02/03/2017. Nous commettons une erreur en laissant de côté les problématiques environnementales en cette période d’instabilité géopolitique et sociale