Jeudi 19 Octobre 2017
 

A la Une

Une certaine idée des Nations Unies

Boutros Boutros-Ghali, qui vient de disparaître, a incarné jusqu’au bout – jusqu’au sacrifice – une haute idée de l’indépendance des Nations unies et de la fonction de Secrétaire général, qui sert l’institution aujourd’hui encore, estime le diplomate suisse François Nordmann.

Boutros Boutros-Ghali a été le premier Egyptien, le premier Africain et le premier arabe à occuper le poste de secrétaire général des Nations Unies de 1992 à 1996. Il a dû son élection au soutien de la France et de l’Afrique, alors que les Etats-Unis, le Royaume-Uni s’abstenaient.

Elégant, érudit, étincelant d’intelligence et d‘humour, il enseigna le droit international et fut pendant quatorze ans le chef de la diplomatie égyptienne. Il était issu d’une grande famille copte qui a marqué la vie politique égyptienne.

Haute idée de la fonction

Il a incarné jusqu’au bout – jusqu’au sacrifice – une haute idée de l’indépendance des Nations unies et de la fonction de Secrétaire général, qui sert l’institution aujourd’hui encore.

Lire l’article sur le site Le Temps


Sur le même sujet

Pourquoi l’ONU ne peut rien faire en Syrie ?

26/09/2016. Chloé Maurel -historienne et chercheuse – et Karim Pakzad -chercheur- répondent à cette question.

1992, « Du riz pour la Somalie » Le droit d’ingérence en question

10/06/2017. 1992 | La Somalie, confrontée à la guerre civile et à la famine, devient le théâtre d’une intervention militaro-humanitaire qui interroge sur le droit d’ingérence.

«Le droit international humanitaire se délite sous nos yeux»

28/03/2016. 150 ans de lois internationales visant à protéger les civils dans les zones de conflit s’écroulent devant nos yeux.