Mercredi 24 Mai 2017
 

A la Une

Une certaine idée des Nations Unies

Boutros Boutros-Ghali, qui vient de disparaître, a incarné jusqu’au bout – jusqu’au sacrifice – une haute idée de l’indépendance des Nations unies et de la fonction de Secrétaire général, qui sert l’institution aujourd’hui encore, estime le diplomate suisse François Nordmann.

Boutros Boutros-Ghali a été le premier Egyptien, le premier Africain et le premier arabe à occuper le poste de secrétaire général des Nations Unies de 1992 à 1996. Il a dû son élection au soutien de la France et de l’Afrique, alors que les Etats-Unis, le Royaume-Uni s’abstenaient.

Elégant, érudit, étincelant d’intelligence et d‘humour, il enseigna le droit international et fut pendant quatorze ans le chef de la diplomatie égyptienne. Il était issu d’une grande famille copte qui a marqué la vie politique égyptienne.

Haute idée de la fonction

Il a incarné jusqu’au bout – jusqu’au sacrifice – une haute idée de l’indépendance des Nations unies et de la fonction de Secrétaire général, qui sert l’institution aujourd’hui encore.

Lire l’article sur le site Le Temps


Sur le même sujet

Diplomatie humanitaire et action humanitaire

02/10/2014. Peter Maurer, Président du CICR s’exprime (en anglais) sur la diplomatie humanitaire.

«Il faut 3 à 4 ans de travail pour se faire tolérer par Boko Haram»

04/02/2017. Le CICR est l’une des rares institutions à parler avec l’Etat islamique, les talibans ou les djihadistes nigérians.

L’ONU et son secrétaire général

01/10/2016. Quel bilan peut-on brosser de ses 2 mandats et face au chaos du monde, comment son successeur peut-il répondre aux multiples défis qui l’attendent ?