Vendredi 18 Août 2017
 

A la Une

Angelina Jolie : son discours au Palais des Nations de Genève

Article paru sur le site de La Tribune de Genève le 15/03/2017  par Sophie Davaris

Angelina Jolie, envoyée spéciale de l’ONU, lance un appel retentissant pour les réfugiés Syriens

La venue d’Angelina Jolie a Genève a attiré un millier de personnes ce mercredi au Palais des nations. Beaucoup d’étudiants, mais aussi des retraités et des fans de l’actrice: des personnes de tous les horizons et de toutes les nationalités sont venues écouter ce que la star, envoyée spéciale du Haut commissariat pour les réfugiés (HCR), avait à dire dans l’enceinte onusienne.

Lire le discours d’Angelina Jolie (en anglais) ‘In defense of internationalism’

Après avoir tenu mardi une conférence à la London School of Economics sur les droits des femmes et les violences qu’elles subissent lors des déplacements de population, l’actrice américano-cambodgienne de 41 ans était l’invitée, à Genève, de la fondation Sergio Vieira de Mello et de l’Institut de hautes études internationales et du développement, afin d’honorer la mémoire de l’ancien haut commissaire, tué dans un attentat à Bagdad en 2003, à l’âge de 55 ans.

A 18h15, l’arrivée de la star, vêtue d’une robe bleue, a immédiatement instauré le silence dans la grande salle du Palais des nations. Dans un discours d’une vingtaine de minutes, elle a livré un plaidoyer en faveur de l’internationalisme et contre le repli sur soi des nations. Reconnaissant volontiers les imperfections de l’ONU, sa bureaucratie notamment, elle a rappelé que l’organisation fondée à la fin de la Deuxième Guerre mondiale pour éviter aux générations futures le fléau de la guerre, était le seul moyen de promouvoir la paix.

«Nous voyons un monde qui s’effondre malgré tous nos efforts. Un niveau de conflits inégalé et un nombre de réfugiés plus important que jamais. Nous assistons à la hausse des nationalismes, sous des faux airs de patriotisme, et voyons des dirigeants élus sur le seul fait qu’ils remettent en cause les traités internationaux», a-t-elle regretté. «Devons-nous pour autant tourner le dos au monde en espérant que la tempête s’achève ou renforcer notre engagement auprès des Nations Unies? Je suis convaincue que le seul choix qu’exige la raison passe par le dur labeur de la diplomatie, des négociations et le renforcement des droits de l’homme.»

Après ce discours, une conversation s’est nouée avec le Haut commissaire aux réfugiés, Filippo Grandi et Lyse Doucet, journaliste de la BBC. Des étudiants ont ensuite pu poser quelques questions puis l’événement s’est poursuivi par un récital de piano.

Rappelons que la vedette de Tomb Raider, nommée ambassadrice spéciale du Haut Commissaire pour les réfugiés (HCR) en août 2001, puis promue, en avril 2012 au rang d’envoyée spéciale, a assuré 55 missions dans plus de trente pays et assume un rôle remarqué sur la scène internationale, intervenant auprès des gouvernements en faveur des droits des réfugiés.

L’actrice a soutenu les programmes du HCR par des dons propres de plusieurs millions de dollars. Ces dernières années, elle s’est notamment rendue en Sierra Leone, en Tanzanie, en Côte d’Ivoire, au Pakistan, au Cambodge, en Thaïlande, en Equateur, au Kenya, en Namibie, au Kosovo, au Sri Lanka, en Russie, en Jordanie, en Egypte, au Tchad, au Darfour (Soudan) et au Liban. Le HCR, qui compte plus de 9 700 employés dans 126 pays, vient en aide à près de 60 millions de réfugiés, rapatriés, déplacés internes et apatrides dans le monde. En 2016, le budget de l’organisation atteignait 6,5 milliards de dollars. (TDG)


Sur le même sujet

« Je suis né et j’ai grandi dans un camp de réfugiés »

06/07/2016. Non, l’humanité n’est pas aussi mondialisée que vous le pensez …

Genève : une conférence en appui au processus de paix israélo-palestinien

30/06/2016. Une conférence intitulée «La paix est possible : définir des orientations pour aller de l’avant»