Mercredi 17 Octobre 2018
 

A la Une

Alep : le CICR demande de mettre fin au déferlement de violence

Alep vient encore de vivre une journée tragique. Quatre nouvelles structures médicales de la ville, de part et d’autre de la ligne de front, ont été touchées.

Les dégâts sont considérables. Obus, bombes et mortiers continuent de s’abattre par centaines sur Alep, faisant de nouvelles victimes parmi les civils.

Le Comité international de la Croix-Rouge demande l’arrêt immédiat des attaques.

« Rien ne peut justifier ces actes odieux. De telles violences, visant délibérément hôpitaux et dispensaires, sont prohibées par le droit international humanitaire. Des personnes continuent à périr dans ces attaques. Plus aucun lieu n’est sûr à Alep ; même les hôpitaux sont menacés », déclare Marianne Gasser, cheffe de la délégation du CICR en Syrie. « Il en va de la survie de la population d’Alep. Nous demandons à tous les belligérants de mettre fin à ce déferlement de violence aveugle. »

Des dizaines de personnes ont été blessées ou tuées au cours de cette nouvelle journée de combats ininterrompus à Alep. Les centres de soins touchés ce vendredi sont les dispensaires des quartiers d’al Marjah et de Bustan al Qasr, le centre de dialyse Chaouki et l’hôpital de cardiologie Ibn Rashid.

Ces attaques ont fait suite à la destruction, dans la nuit de mercredi à jeudi, de l’hôpital al Qods, où ont péri plusieurs patients et membres du personnel soignant.

Des milliers d’habitants d’Alep vivent sous la menace permanente des bombardements et des affrontements. Alarmé par l’intensification des combats de ces derniers jours, le CICR a déclaré que l’acheminement de l’aide devenant de plus en plus difficile, des millions de personnes sont désormais au bord du désastre humanitaire.

Article paru sur le site du CICR


Sur le même sujet

Pour un fonds d’urgence humanitaire permanent

16/05/2017. Le professeur Yves Sandoz en appelle à un sursaut de responsabilité pour venir en aide aux victimes des guerres et des famines.

Mines antipersonnel: sans la Convention d’Ottawa, le monde serait plus dangereux

03/12/2017. L’utilisation massive d’engins explosifs improvisés fait s’envoler le nombre de victimes.

Pour Solidarités International, « le droit humanitaire international est moins respecté » aujourd’hui

20/12/2017. C’est ce qu’affirme le directeur général de Solidarités International, Alexandre Giraud, à l’occasion de la journée internationale de la solidarité humaine.