Lundi 18 Juin 2018
 

A la Une

Accord UE-Turquie : l’inquiétude de l’Œuvre d’Orient

«C’est un jour historique », le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu n’a pas caché sa joie après l’accord trouvé, vendredi 18 mars 2016, avec l’Union Européenne pour ralentir l’afflux de migrants.

Un enthousiasme loin d’être partagé par tous et en particulier par de nombreuses ONG qui crient au scandale. Tous les migrants illégaux en Grèce seront renvoyés en Turquie à compter de ce dimanche. Pour chaque Syrien renvoyé un autre sera relocalisé dans un pays européen.

En échange de mesures pour empêcher les départs de ses côtes vers l’Europe, Ankara reçu 3 milliards d’euros supplémentaire d’aide européenne. Par ailleurs, les Européens ont accepté d’accélérer le processus de libéralisation des visas pour les ressortissants turcs, et s’engagent à ouvrir un nouveau chapitre dans les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE. Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient exprime ses réticences

Le Cardinal Pietro Parolin, secrétaire du Saint-Siège, en visite en Macédoine, s’est rendu dans un camp de réfugiés, à Gevgelija, situé à la frontière avec la Grèce. Il a pu écouter le récit bouleversant des migrants et leur demande de réouverture des frontières. Le cardinal a réitéré son appel à un accord qui mette en avant le droit humanitaire. «L’Europe peut le faire car elle s’est toujours distinguée, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, par son esprit humanitaire et son respect du droit humanitaire» a t-il déclaré.

D’après Radio Vatican


Sur le même sujet

Love Army for Somalia : quand Internet se mobilise contre la famine

20/03/2017. Un simple hashtag sur Twitter pour faire changer l’état du monde. C’est le défi qu’a décidé de relever Jérôme Jarre, en lançant un appel à la mobilisation contre la famine en Somalie.

Conflit en Syrie

05/05/2016. Malteser International étend son aide médicale aux déplacés dans la zone frontalière entre la Turquie et la Syrie.

Conflits et climat : pourquoi les famines sont de retour

28.03.2017. Au Nigeria, au Soudan du Sud, en Somalie et au Yémen, 20 millions de personnes sont menacées. Il s’agit de la plus grave crise humanitaire depuis la seconde guerre mondiale.