Lundi 18 Juin 2018
 

A la Une

Au Moyen-Orient, les médecins n’ont jamais été autant tués

Les médecins, les infirmières et les patients sont pris sous le feu des attaques aériennes syriennes et russes et la guerre au Yémen.

La première frappe aérienne russe a manqué l’hôpital de campagne Sarmin à Idlib en Syrie, à peine à mètres – avec un souflle assez fort pour pulvériser quelques fenêtres mais épargnant la vie des patients tremblants et les médecins à l’intérieur.

Leur chance aura été éphémère

Dix minutes plus tard, les Russes sont revenus et ont tiré sur la route adjacente à l’hôpital, tuant un physiothérapeute, un garde de sécurité, 10 autres patients et les visiteurs. La salle de traumatologie a été transformé en une spectacle de verre brisé, de décombres et de corps ensanglantés. Mohamed Tennari, un radiologue syrien qui a survécu à l’attaque, a déclaré à Foreign Policy que le personnel voit maintenant l’hôpital – qui a été attaqué 15 fois depuis 2011 – comme «une bombe à retardement. »

«Nous ne savons pas quand une bombe va exploser et tous nous tuer »

Leur sort a été dévoilé aux yeux de tous au cours des derniers mois après une série d’horribles attaques sur les installations de Médecins Sans Frontières. Le 3 octobre 2015, un hélicoptère de combat militaire américain a, à tort, frappé un hôpital de Kunduz, en Afghanistan, tuant 42 patients, personnel et gardiens tout en blessant 43 autres. L’agence humanitaire a également subit des attaques en Syrie et au Yémen, où une coalition U.S.- soutenu par les Britanniques et dirigé par l’Arabie saoudite a tiré sur deux hôpitaux et une clinique mobile pris en charge par MSF. D’autres installations médicales ont été également détruites par la coalition ou les combattants de Houthi. Au Sud-Soudan, les installations de MSF ont été récemment pillées dans la ville de Pibor après des combats dans la ville et forcé les médecins et le personnel de l’agence à se réfugier dans une enceinte des Nations Unies.

En signe de la préoccupation croissante concernant le ciblage des hôpitaux, Ban Ki-moon a interpellé la Russie et la Syrie pour avoir gravement perturbé les opérations humanitaires et les dommages engendrés dans les hôpitaux et les écoles. Il s’en est également pris de manière à peine voiléeaux opérations aériennes saoudiennes en Afghanistan et au Yémen et aux Etats-Unis, dénonçant les « soi-disant« frappes chirurgicales » » qui ont frappé les installations médicales l’année dernière comme « assauts sur notre humanité »

Les attaques sont devenues si nombreuses et alarmantes que plusieurs membres du Conseil de sécurité U.N. ont entamé des discussions sur un projet de résolution les condamnant en soulignant la nécessité pour les combattants d’observer depuis longtemps les obligations légales de les laisser en paix. « Nous avons estimé que, en mettant en évidence la question, cela pourrait provoquer une certaine pression » sur les auteurs, a déclaré l’ambassadeur de Nouvelle-Zélande, Gerard van Bohemen,fer de lance de la contestation. Citant le droit international régissant les conflits armés : « Il est obligatoire de ne pas attaquer les établissements de soins de santé, et cette obligation est pas respectée. »

Les attaques contre le corps médical ont toujours été une réalité dans les zones de conflits. Les gouvernements en guerre ont longtemps bridé les contraintes imposées par les lois sur les conflits armés, qui fournissent une protection juridique aux travailleurs médicaux s’occupant des civils ainsi que des combattants blessés des deux côtés du conflit. Ces protections incluent d’aider les combattants ennemis blessés pouvant retourner un jour au champ de bataille. Les travailleurs médicaux sont sur le terrain, qui a parfois conduit à la colère et la violence.

Sur le terrain, cela a parfois conduit à la colère et la violence. Israël, par exemple, a longtemps fait face à de vives critiques des défenseurs des droits de l’homme pour le ciblage des cliniques et du corps médical dans le cadre des opérations militaires dans les territoires palestiniens. Mais Israël a répliqué que le Hamas et d’autres groupes terroristes transportaient des armes dans les ambulances. L’hôpital Shifa dans la ville de Gaza a été utilisé comme siège de facto pour le leadership du Hamas, selon un rapport publié dans le Washington Post.

Les lois conçues pour protéger les travailleurs médicaux remonte à la guerre de 1864 avec l’adoption de la première Convention de Genève – ou «Convention pour l’amélioration du sort des militaires blessés dans les armées en campagne» – qui oblige les Etats à offrir des secours à la les blessés de guerre. La convention a été mise à jour et remplacé en 1906, 1929, et enfin en 1949, après la Seconde Guerre mondiale. Son caractère sacré n’est pas absolu. Les groupes armés sont autorisés à tirer sur une installation médicale si ils sont pris pour cibles. Mais la réponse doit être ciblée et proportionnelle.

Il est difficile de quantifier avec précision ou comparer si les travailleurs médicaux sont confrontés à des conditions plus risquées aujourd’hui que dans les conflits précédents, selon Jason Cone, directeur exécutif de la branche américaine de MSF. Les travailleurs médicaux ont été ciblés en Bosnie dans les années 1990, à Bahreïn en 2011, où les médecins aidant les manifestants anti-gouvernementaux ont été soumis à des arrestations ou à la violence dans les premiers mois du printemps arabe. Les Khmers rouges au Cambodge ont assassiné les médecins et autres professionnels ou les ont déporté dans les camps de travail dans les années 1970. Dans les années 1980, les avions soviétiques ont fréquemment bombardé les hôpitaux en Afghanistan, y compris les cliniques assistée par MSF, au cours de la lutte de l’Union soviétique pour vaincre moudjahidin combattants soutenus par les forces américaines.

Article traduit de l’anglais (COLUM LYNCH)
et paru sur le site Foreign Policy


Sur le même sujet

Un rapport dénonce le business florissant dans les colonies israéliennes

20/01/2016. Human Rights Watch estime, dans un rapport de 162 pages publié le 19 janvier 2016, que les entreprises installées dans les territoires occupés «contribuent à un système illégal et en tirent profit.»

Père Pedro : « L’extrême pauvreté est une prison qui tue l’âme et le corps »

12/06/2017. Ce père lazariste, âgé de 68 ans, a créé en 1989 l’association Akamasoa afin de venir en aide aux plus pauvres des pauvres, ceux qui tentaient de survivre dans la décharge d’Andralanitra.

OCHA | Plan de réponse Humanitaire : République Démocratique du Congo

18/08/2018. Face à la dramatique détérioration observée en 2017, force est cependant de constater que le degré et l’ampleur des besoins humanitaires ont dépassé sur tous les plans les projections des prochaines années.