Dimanche 17 Décembre 2017
 

A la Une

«Une solution finale est en route pour les chrétiens d’Orient»

Frédéric Pons, professeur à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr et journaliste, fait le point sur la situation en Syrie, déplorant l’aveuglement de l’Occident.

Le conflit syrien, débuté en 2011, a probablement fait 300 000 victimes. Sa durée et sa violence s’expliquent par l’intervention de puissances extérieures qui l’alimentent en armements et en combattants. Les puissances occidentales ont soutenu les opposants à Bachar al Assad, alors qu’elles avaient sous les yeux l’exemple des déstabilisations de l’Irak et de la Lybie.

« On connaît la nature de la rébellion, assure Frédéric Pons. Il n’y a pas d’islamistes modérés ! Les chrétiens qui vivaient dans les zones qu’ils contrôlent connaissent le sort des Serbes au Kosovo. »

Mais alors, qui sont les coupables des malheurs de nos frères chrétiens d’Orient ? Frédéric Pons détaille les niveaux de responsabilité.

Les premiers, sur le terrain, sont bien entendu les mouvements islamistes, Daesh en tête, mais, assure-t-il, les autres mouvances y compris les « rebelles modérés » feraient comme l’État islamique s’ils en avaient les capacités. Ce qui amène au deuxième niveau de responsabilité : l’islam conquérant. Un islam « dont la violence est proportionnée à ses échec vis-à-vis de l’Occident depuis le XIXe siècle ».

Lire l’article sur site Aleteia


Sur le même sujet

«Rassembler l’humanité» : les accents messianiques de Mark Zuckerberg

17/02/2017. Le fondateur de Facebook a publié un long manifeste dans lequel il présente le monde du futur selon son réseau social.

Irina Bokova : « Le monde a tardé à réagir au nettoyage culturel »

28/05/2015. La directrice générale de l’Unesco a estimé que la communauté internationale ne s’était pas encore dotée de la réponse adéquate aux destructions délibérées de sites antiques.

Le Pape dénonce les obstacles bureaucratiques à l’aide humanitaire

13/06/2016. « Ce sont les guerres qui se nourrissent et non les personnes. Il est urgent de débureaucratiser tout ce qui empêche les plans d’aide humanitaire d’atteindre leur objectif. »